Sept recommandations pour un vivre un accouchement physiologique.

 

1.    Chercher de l'information éclairée et rester en bonne santé

 

Faisons d'abord quelques constats:

  1. Mère Nature a tout prévu pour aboutir en fin de grossesse à la naissance de votre bébé, environ 10 jours avant ou après la date du terme... c’est physiologique! 
  2. Les 1000 premiers jours d'un bébé, de sa conception à ses deux ans, est une période importante pour le développement optimal de sa santé à long terme. 
  3. Notre première médecine est notre alimentation.
  4. Chaque femme a le droit d'être accompagnée pendant la grossesse et la naissance par un professionnel médical qualifié pour s'assurer qu'elle et son bébé restent en bonne santé.
  5. Même si c'est socialement dicté, avoir un bébé n'est pas toujours tout rose..."que du bonheur". C'est parfois difficile, souvent source d'inquiétude et toujours fatiguant. 
  6. L’hypermédicalisation est nécessaire dans un petit % des accouchements, quand la situation devient pathologique. Mais savez-vous que vous pouvez éviter quelques-unes de ces complications?

Beaucoup de femmes envisagent une naissance physiologique, sans intervention. D'autres choisissent de s'aider de tout ce que la médecine moderne a à offrir. Si la grossesse est normale, chaque couple peut décider de ce qui est le mieux pour eux et leur bébé en cherchant l’information qui les aidera à faire leurs choix éclairés.

Si vous choisissez un travail physiologique, une préparation solide vous permettra d'arriver au bout de votre projet et de vivre l'accouchement comme une expérience positive. C'est une démarche active qui s’inscrit dans un Projet de Naissance. 

 

 

2. Où et avec qui donner naissance ?

Choisissez de donner naissance dans un établissement ou avec un professionnel de la santé qui va dans la philosophie de votre projet. Il arrive que ce soit un autre professionnel que celui qui a suivi la grossesse qui soit là le jour J. C’est pourquoi poser les bonnes questions au début de la grossesse est important pour savoir si les procédures sont en harmonie avec vos objectifs. En même temps, c’est aussi apprendre à être proactif et en lâcher prise.

 

3. Se préparer mentalement et physiquement

Soyez acteurs de la naissance de votre bébé. C’est bien vous qui allez mettre votre bébé au monde. Du degré d'implication dans votre préparation dépendent les bénéfiques que vous en retirerez.

Accoucher est un processus actif. Pour être acteurs, préparez-vous aux différents processus qui facilitent le travail et l'accouchement. Vouloir "essayer" sans péridurale ne suffit pas pour s'en passer. Réfléchir en détails à votre motivation de vous passer de la péridurale permet de mettre le doigt sur certaines craintes, d'en parler puis de mettre en place progressivement le lâcher prise qui permet de cheminer sereinement vers la naissance.

Une préparation mentale efficace est indispensable pour cet événement physique qui relève un peu d’un marathon avec un sprint final, l’accouchement. Pour que vous puissiez tenir la longueur, je vous donnerai accès à une préparation mentale. La préparation physique résidera en des promenades actives jusqu'à l'accouchement et de la natation, notamment.  

 

4. Utiliser du matériel de gestion de la douleur

Si vous êtes motivés à ne pas utiliser de méthode médicamenteuse pendant le travail et l’accouchement, renseignez-vous si ballon,  suspension, baignoire sont disponibles à l'endroit où vous donnerez naissance.

 

5. Etre accompagnés en continu pendant le travail.

Faite-vous accompagner par une personne de votre choix qui sera là, en continu, pour votre bien-être physique et mental pendant le travail. Les études montrent que ça raccourcit le travail et facilite l’accouchement. Cette 3 ème personne peut vous aider à atteindre plus facilement votre objectif. C’est un professionnel de la santé périnatale: sage-femme libérale, haptonome, kiné, acupuncteur... Discutez-en dès le début de votre préparation avec votre accoucheur(euse).

 

6. Obtenir le soutien de votre partenaire

Les études montrent que votre partenaire est un pilier important pendant la grossesse, le travail et l'allaitement. Il sera d’une grande aide pour votre confort moral et physique pendant le travail. Qui que ce soit, parlez-lui de vos besoins, de la manière dont vous envisagez sa participation. Sa venue aux séances prénatales est conseillée.

 

7. Envisager  la possibilité que votre plan change en cours de route

Même si la situation vous permet d'envisagez un travail physiologique, vous devez accepter que le plan puisse changer. Tout ne réside pas sur vos épaules. Le travail d'accouchement, c'est vous et votre bébé qui y travaillez. Vous devrez donc vous renseigner pendant la préparation à la naissance sur les autres options de naissance et faire des choix clairs à l’avance sur ce que vous voulez dans le cas d'une complication médicale soudaine, une induction médicale indispensable ou une naissance par césarienne.

 

Préparer votre projet passe par savoir ce qui est possible et ce qui ne l’est pas là où vous accoucherez mais aussi ce qui doit être préservé si la situation changeait (ex : peau à peau immédiat si césarienne). C’est ainsi qu'une des plus grandes expériences de votre vie restera une expérience positive. En tant que guide, je souhaite vous donner de précieux outils pour que vous mettiez sereinement votre bébé au monde!

 

 

" Au cœur de cet épuisement, je suis inerte.
Je n'ai qu'une pensée, baisser les paupières, laisser le sommeil m'envahir.
À toute heure du jour, je voudrais mordre dans le fruit du repos pour être à nouveau disponible. 
Tendue comme l'arc dans l'effort, où trouver des forces ? 
Ta voix, ton pleur devenu violent pour peu qu'on ne réponde pas à son immédiate exigence, ta bouche vorace ne sont plus rien au regard de cette fatigue. Tout est possible. 
L'éreintement continu de ma planète-mère fait de moi une femme désemparée...
mais joyeuse comme jamais ".

"Le cordon de soie" de Frédérique Deghelt